Réflexions de Bruno Humbeeck, psychopédagogue à l'UMons sur la rentrée des classes le 18 mai confinement...

« Ce “retour de l’école” n’est pas une rentrée des classes...

Il ne sera pas question ce 18 mai d’assister à un retour à l’école mais bien de vérifier ce que signifie un retour de l’école... Le but n’est clairement pas d’improviser une rentrée des classes en mai. Cela n‘aurait aucun sens et personne n’en comprendrait la signification. La rentrée des classes, tout le monde le sait, coïncide avec la fin de l’été, annonce une année scolaire complète et concerne les élèves dans leur totalité... Une rentrée hors saison qui n’impliquerait, pour une durée d’à peine un moi et demi, qu’une toute petite proportion d’élèves ne ressemble à rien de connu et c’est pour cela que cela parait, aux yeux de beaucoup, complètement incongru.(...)

Remettre l’école dans le paysage des familles c’est dessiner les traits d’une école qui se proposerait d’agir en accompagnement d’elles, en se plaçant à leur côté sans s’imposer à elles et en se proposant d’avancer au rythme de chaque élève sans forcer quiconque à se mettre au pas. (...)

Non, cette école qui fait sa rentrée, elle ne peut le faire que très timidement, terriblement prudemment et avec une totale bienveillance, en se plaçant ni derrière les familles, ni au-dessus d’elles, mais résolument à ses côtés... (...)

Quand il est question d’enseignement, il faut toujours se rappeler que l’on a affaire à une activité éducative réalisée par des êtres résolument humains qui n’ont vocation ni de gagner une guerre ni de réaliser du profit... juste celle de prendre leur place harmonieusement dans le paysage de chaque famille sans envahir tout l’espace, sans l’entacher de teintes sombres et sans l’amocher par des touches de couleurs trop agressives. C’est pour réaliser cela généralement qu'ils ont choisi le métier d’enseignant. »
B Humbeeck (texte complet sur sa page FB)

2 Rue de la Station  

6820 Florenville

© 2018 Institut Sainte-Anne Florenville